MAISON

céline de monicault

Logo journal Tous nos articles
CONTACT

Et CDM créa CDM

Et CDM créa CDM

Be My Ambassadrice n°2 : Anaïs

28.07.2020

Après Emeline, c’est au tour d’Anaïs de nous raconter comment elle a vécu son mariage et ses préparatifs…

-Combien d’essayages as-tu fait ? Comment as-tu réussi à faire ton choix ?

J’ai fait un essayage avant (mais trop tôt, le mariage était presque 1 an et demi après), le tien et un autre après. Seulement trois donc. Sachant qu’après le tien, je me suis dit que c’était THE ONE, vu les coups de cœur que j’avais eu pour plusieurs de tes robes. J’ai pourtant maintenu celui d’après (au Printemps) pour me conforter dans cette idée et aussi essayer plusieurs styles différents. L’expérience client a été vraiment très moyenne, et c’est aussi là que j’ai réalisé que c’était un tout. La robe, évidemment, mais aussi le contact humain et toute l’atmosphère qui va avec.

-Pleurs ou pas pleurs aux essayages ?

Étonnamment pas de pleurs, moi qui pourtant pleure à chaque occasion possible. Mais ça n’a rien enlevé à l’émotion que j’ai ressentie et au WOW que j’ai pensé très fort en me découvrant dans le miroir. C’est assez rare pour que je m’en souvienne !
 

preparatifs-mariee

-Ton meilleur souvenir d’essayages ?

Le premier essayage chez toi. Tu m’as tout de suite mise à l’aise, j’ai trouvé tes questions intéressantes et pertinentes, j’ai été rassurée par ta douceur et ta simplicité. Je ne me sentais pas sous pression. Je suis venue accompagnée de ma maman, d’une témoin et de ma belle-sœur et elles ont toutes adoré la robe que j’ai choisie. La magie a opéré ! A l’essayage suivant, j’étais super heureuse de revenir dans ton petit cocon.  

-Comment as-tu transporté ta robe ?

En voiture, bien posée sur les sièges passagers.
 

robe-de-mariee

-Qui a repassé ta robe ?

Je crois que je n’ai pas eu besoin de le faire, ou alors juste un petit coup de vapeur, parce qu’elle n’était pas du tout pliée dans la voiture.
 

-Qui t’a aidée à t’habiller ?

Ma maman et mes témoins, c’était un super moment. Même si c’était aussi le moment où le stress commençait à grimper tout doucement, c’était un moment magique. Tout s’est fait très simplement.
 

couple-mariage

-Vous souhaitez toutes que votre mariage soit le plus parfait possible, mais quel a été ton plus gros lâcher-prise ? 

Sans hésitation, au moment du dîner et jusqu’à la fin de la soirée. Même si je pense avoir lâché prise dès la fin de la cérémonie. Ça a vraiment été ce moment où j’ai été totalement libre dans ma tête et heureuse, sans arrière-pensée, pendant des heures. Ce n’était que de la joie, des rires, des émotions, avec évidemment un peu de folie.  

-La mariée n’a pas de sac mais peut-être avais-tu une “trousse secrète” pour pallier à tous les imprévus ? Que cachais-tu dedans ? Et si non, qu’aurais-tu mis dedans ?

J’avais laissé dans ma chambre (très accessible) une petite trousse avec des épingles à nourrice (pour relever la robe pour la danse), des petits scotchs de rechange pour le décolleté de ma robe (et heureusement que j’en avais car il faisait très chaud). Un petit rouge à lèvres plus vif pour la soirée. Et évidemment, pas très loin, les chaussures de rechange. Indispensables ! Je les ai mises à la fin du cocktail, pour la séance photo « love » avec notre super photographe Laurent.
 

couple-enlace

-Un conseil pour la fin de soirée ?

Tellement banal comme conseil mais c’est vraiment le meilleur je pense : profiter de chaque instant. Ça passe à une vitesse inimaginable. Il est 4h du matin et on a l’impression qu’il est minuit, tout passe à une vitesse incroyable quand les conditions sont réunies. Se lâcher, tout en restant chic !
Quand la musique s’arrête et que les plus vaillants sont encore là, se dire que c’est pour la bonne cause et que toutes les bonnes choses ont une fin. Et se retrouver avec son amoureux.
 

-Parce qu’on sait qu’il n’y a rien de mieux que le bouche à oreilles, des prestataires à nous conseiller ?


·       L’endroit : je me suis mariée au Domaine de Blanche Fleur dans le Vaucluse, je le recommande vivement, c’est un endroit magique.
·       Laurent Brouzet (photographe basé à Arles mais qui est mobile il me semble) : un très beau style, arrive incroyablement à saisir les émotions. Humainement quelqu’un de simple, discret et très pro. Un régal !
·       Le traiteur : La Vallergue (basé à Avignon) : délicieux, nous avons eu énormément de compliments.
·       Notre fleuriste Audrey, boutique Intemporelle de l’Isle sur la Sorgue, très bon contact, très douce et a su comprendre nos goûts.
·       La musique de notre DJ Cédric (Monsieur + Madame) a été aussi très appréciée par tous nos invités.
 

-Un petit mot à rajouter ?

Vive Céline !

Photos : Laurent Brouzet.

  • Des tissus de fabrication française,
    des fabricants de Maisons d’Exception,
    l'amour de l'artisanat.
  • Made in France,
    Made in Paris,
    Made with love.
  • Des créations uniques,
    réalisées sur mesure dans
    notre appartement showroom...
  • Des lignes épurées,
    contemporaines,
    un mélange d’inspiration du passé.